Contact & Presse

Le Völklinger Kreis, " l'Autre Cercle " allemand, engagé pour l’égalité des droits

Publié le Lundi 25 Novembre 2013
Actu non envoyée par mail

Alors que le Président de la République a officiellement lancé jeudi 7 novembre les commémorations du centenaire de la première guerre mondiale, invitant le pays à se souvenir des catastrophes auxquelles les nationalismes peuvent conduire, l’Autre Cercle fait vivre en ce 11 novembre la paix et l’amitié franco-allemande en saluant le rôle de notre association jumelle, le Völklinger Kreis. Willkommen !


22 ans d’actions : de la fin du paragraphe 175 au statut d’interlocuteur fédéral reconnu.
En 1991 était fondé à Hambourg le « Völklinger Kreis », du nom de la ville de naissance de l’un de ses responsables engagés dans la lutte pour l’égalité des droits des gays et des lesbiennes avant tout dans le monde du travail.


A l’inverse de l’Autre Cercle, dont le nom laisse volontiers entrevoir la nature quelque peu alternative, le Völklinger Kreis, voici près de 25 ans déjà, s’efforçait d’éviter toute allusion à l’homosexualité, thème tabou à une époque où le paragraphe 175 du code pénal allemand s’appliquait encore. Pour mémoire, jusqu’à son abrogation en 1994, cet article criminalisait les relations homosexuelles et a permis la persécution de nos aînés sous le IIIe Reich.


Pour saluer l’engagement de ses fondateurs, le Völklinger Kreis a conservé son nom d’origine et ce clin d’œil à la ville sarroise éponyme tout en ajoutant la mention : « Bundesverband schwuler Führungskräfte (VK) », c’est-à-dire : association fédérale des cadres gay.


Comme nous l’indiquait récemment son Président, Bernd Schachtsiek, notre partenaire d'outre-Rhin, qui compte 7 bougies de plus que nous, est un réseau d’environ 700 membres répartis en 21 groupes régionaux et 17 groupes professionnels. Finances, RH, secteur public, droit, santé, PME sont autant d’exemples d’une approche fédérale, par thématique d’appartenance professionnelle, qui se double d’une vie associative dense et très conviviale au sein des différents Länder.


Une organisation et des priorités proches des nôtres :


• Combattre l’homophobie et promouvoir la diversité dans les organisations : cela suppose bien sûr un travail de fond auprès des décideurs privés et publics. Des actions de sensibilisation adaptées à chaque type d’organisation sont menées auprès des responsables RH et des outils comparables aux nôtres (enquête biennale au sujet de la diversité auprès des entreprises, remise biennale du prix Max-Spohr, des séminaires touchant les problèmes des gays dans leur vie professionnelle etc.), augmentent la visibilité, favorisent les prises de conscience et servent précieusement l’égalité des droits.


• Permettre à ses membres, par des actions de conseil, de coaching ou de formation de s’assumer sereinement au travail.


• Développer l’aptitude au management et à l’exercice des responsabilités de ses membres.


• Renforcer les compétences professionnelles de ses membres par le partage d’expériences, l’identification de bonnes pratiques et le travail collectif mené au sein de groupes professionnels couvrant de nombreux secteurs d’activité.


La longue marche vers l’égalité des droits


Plus globalement, au plan sociétal le Völklinger Kreis demande l’abolition de toute discrimination en raison de l’orientation sexuelle. Si nos amis allemands peuvent conclure depuis 2001 un « Lebenspartnerschaft » proche du PACS, rappelons que le mariage et l’adoption leur restent encore interdits, d’où un traitement discriminant en termes d’héritage ou d’impôts notamment.


Alors que les élections au Bundestag du 22 septembre dernier ont conforté les chrétiens-démocrates de la CDU/CSU comme la première force politique du pays sans toutefois lui permettre de disposer de la majorité absolue, un gouvernement de coalition est en cours de formation avec les sociaux-démocrates du SPD. Dans les négociations qui sont en cours actuellement, le Völklinger Kreis se mobilise pour « exiger des actes plutôt que des promesses vides » selon les termes du communiqué de presse publié au soir des élections.


« Le SPD doit assumer ses responsabilités en termes de justice sociale (…) et ne pas sacrifier ses promesses aux gays et aux lesbiennes pour obtenir des avancées dans d’autres thèmes » dans le cadre des négociations avec le parti de la chancelière Angela Merkel, souligne Bernd Schachtsiek.


Rappelant le SPD à ses promesses d’égalité, il invite la CDU/CSU à rompre définitivement avec des points de vue traditionnels discriminants, en soulignant que c’est d’ailleurs le souhait d’une majorité de l’électorat conservateur comme en attestent de récents sondages d’opinion.


Sur ce thème comme sur d’autres, la culture politique allemande semble faite de compromis : si nos amis doutent que l’inscription dans la Constitution fédérale de l’égalité de traitement des couples hétéro (mariés) et gays (« pacsés ») soit pour demain, comme d’ailleurs l’ouverture du droit à l’adoption pour les couples homo, des engagements forts pour la lutte contre l’homophobie et pour de nouveaux droits pourraient cependant bientôt voir le jour.


Formons des vœux de succès pour que leur légitime mobilisation permette de nouvelles avancées.


La campagne pour les élections européennes sera sans doute l’occasion pour le Völklinger Kreis et l’Autre cercle de travailler main dans la main pour lutter contre l’homophobie au travail et promouvoir l’égalité des droits.


Plus d’informations sur : www.vk-online.de

Partager cette page