Contact & Presse

L'ILGA Europe, "vigie" des droits des personnes LGBT.

Publié le Vendredi 6 Décembre 2013
Actu non envoyée par mail

L'International Lesbian and Gay Association (ILGA) est une organisation mondiale créée en 1978 disposant du statut d'observateur à l'ONU. Elle accompagne les associations, les personnes LGBT et leurs soutiens dans la lutte contre l'homophobie et les discriminations. L'Autre Cercle est adhérente de l'ILGA EUROPE.

Rappelons que de nombreux états criminalisent l'homosexualité, qui est pourtant une orientation sexuelle aussi évidente que l'hétérosexualité, ni l'une ni l'autre ne relevant du libre choix des individus. Ces législations violent des droits élémentaires reconnus à tout être humain par la déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’ONU en 1948 comme elles représentent, par le déni de réalité qu’elles entretiennent, une insulte à l’esprit humain. 78 Etats pénalisent encore les personnes LGBT par de la prison, de la torture ou des travaux forcés. Dans 10 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, elle est même passible de la peine de mort.

   Mais en Europe même, berceau de la démocratie, des droits de l’homme et de la pensée des Lumières, l’homophobie d’Etat fait des ravages, notamment en Russie. Depuis 1996, l’ILGA dispose d’une branche Europe qui observe, recense, analyse, cartographie des informations précieuses en provenance de 49 pays. Chaque année elle publie un rapport très attendu qui dresse un état des lieux objectif de la situation des personnes LGBT sous différents item, dont les discriminations dans le monde du travail.

 Reconnue pour la qualité de ses travaux, l’ILGA est soutenue par la Commission européenne et par le Parlement européen comme elle est présente au Conseil de l’Europe ainsi qu’auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

  

 Parcourons le rapport d’activité 2012 paru voici quelques mois.

 L’homophobie reste bien présente dans le monde du travail

En 2012, l’actualité a été marquée en Allemagne, aux Pays-Bas et en Irlande par des faits de discriminations commis dans les écoles privées à l’encontre des membres du personnel de ces établissements. Le Parlement irlandais a rejeté un projet de loi qui permettait de protéger les enseignants contre ce type de discriminations et la Commission européenne a dû adresser à la Hongrie une mise en garde contre un texte autorisant au nom de la liberté religieuse les écoles à recruter « pour préserver leur identité spécifique ». Si cette faculté permettait de discriminer des personnes LGBT, la norme hongroise serait en contradiction avec la directive communautaire régissant les questions d’emploi. Si la problématique de la discrimination des personnes LGBT dans le monde de l’éducation domine l’actualité européenne en 2012, le monde du sport n’en est pas exempt avec la saisine de la cour de justice de l’Union européenne d’un manager d’équipe de football ayant publiquement fait état de son refus de recruter des joueurs gays.

 Plus globalement, des études publiées en Italie, en France et à Malte montrent que la discrimination des personnes LGBT continue à être très forte dans le recrutement, en particulier concernant les hommes ouvertement gays. L’étude prouve aussi la difficulté qu’ont non seulement les syndicats mais aussi les personnes témoins d’actes homophobes au travail à intervenir en faveur des victimes.

 Pour chacun des 49 Etats évoqués dans le rapport d’activité, la situation des discriminations au travail est abordée.

 S’il en était besoin, voilà de quoi convaincre les plus réticents que le travail de sensibilisation mené par l’Autre cercle, patiemment, dans un esprit de dialogue et de respect, reste plus que jamais nécessaire.

 

L’homophobie d’Etat : la situation très préoccupante de la Russie à la veille des JO de Sotchi.

 

L’ILGA permet à tous les citoyens européens de disposer de la connaissance la plus objective et détaillée possible sur la gravité des atteintes constatées aux libertés fondamentales des personnes LGBT dans la fédération de Russie.

 Elle décrit, preuves à l’appui, un climat d’homophobie très préoccupant, aggravé par des déclarations de responsables politiques et religieux de premier plan, perçues comme un encouragement à la discrimination, voire à des appels au meurtre ou à la torture par des groupes extrémistes d’après de nombreux témoignages et articles de presse.

 Après qu’une série de régions russes ont adopté des législations interdisant la « propagande homosexuelle », le niveau fédéral a lui-même adopté ce type de loi liberticide qui permet de punir pénalement deux personnes qui, par exemple, se tiennent la main dans la rue.

 Comme s’en fait l’écho le site du Huffington Post : « ces actes ouvertement homophobes se sont accrus pendant l'été alors que l'assemblée russe votait ses lois "anti-propagande", punissant tout acte public constituant une "propagande de l'homosexualité" et interdisant l'adoption d'enfants russes par les couples homosexuels et célibataire étrangers ».

 Malgré les mises en garde répétées du Conseil de l’Europe, dont la Russie est membre, l’appelant à respecter ses obligations en tant que signataire de la Convention européenne des droits de l’homme, la situation se dégrade et de plus en plus de vidéos montrant des actes de tortures commis en Russie contre des personnes LGBT circulent sur la toile.

 Le 2 octobre, le Conseil de l’Europe a critiqué la législation russe et a demandé pour la première fois l’adoption de « mesures spécifiques de sensibilisation, auprès du public en général, et en particulier des autorités concernées, aux droits et libertés fondamentaux des personnes LGBT, sans discrimination, afin d’éviter que la nouvelle loi (= « anti-propagande homosexuelle ») contribue à alimenter les tensions existantes (…) ».

 Le sujet sera de nouveau discuté en mars 2014. D ici là les jeux olympiques de Sotchi auront eu lieu entre le 6 et le 23 février. Qu’est-ce que l’olympisme ? Pour le CIO : « une philosophie de vie fondée sur le respect des principes éthiques fondamentaux universels ». Cherchez l’erreur.

Partager cette page